Archives de catégorie : Au fil des jours

Three days in London

Vendredi 12 octobre 2018 : J-5 

Le départ approche ! Mercredi prochain, accompagnée par Yannick Treguer, leur professeur principal et professeur d’anglais, et Antoine Forestier, leur professeur de mathématiques (qui était déjà venu avec moi à Venise en mars 2017),  j’emmène les élèves de 4e CHAM à Londres.  Un grand merci d’avance à mes deux collègues d’avoir accepté de faire partie de l’aventure, et bien sûr à Charlène Rozières de l’agence Cadran scolaire, avec qui je collabore pour la troisième fois avec toujours autant de plaisir. Ceux qui suivent ce blog ont sans doute remarqué qu’il n’y avait pas eu de voyage l’an dernier, et pourtant, nous avions avec Charlène élaboré avec soin un programme de voyage à Madrid qui, malheureusement, n’a pas pu avoir lieu, les prix des billets d’avion s’étant inexplicablement envolés en flèche.

Pour l’heure, Charlène m’a remis tous les documents pour le voyage. Les élèves ont fait des exposés afin de préparer nos visites (le dernier est prévu mardi, la veille du départ !), et nous chantons en anglais à chaque cours, avec un accent merveilleux 😉

Je scrute la météo londonienne tous les jours depuis deux semaines (ce qui ne sert à rien) et pour le moment, ça m’a l’air plutôt bien parti, mais bon, je me méfie de la pluie anglaise…

Même s’il comporte son lot de nouveautés, notre programme de voyage comprend de nombreux points communs avec celui de London 2016. Pour les nostalgiques, le récit de notre premier séjour se trouve ici :

http://www.chamclaudemonet.fr/2016/03/12/london-2016/

Ce qui est amusant, c’est que plusieurs frères et soeurs de la première promotion partie avec moi en 2016, sont cette année du voyage.  Eh oui, la CHAM de Claude Monet est une grande famille, comme je ne cesse de le répéter !

Mardi 16 octobre 2018 : J-1

Dernière journée de cours avant notre départ ! Je scrute la météo plus que jamais, d’autant qu’à Paris, c’est l’été, il fait 25° tous les jours.

Prévisions météo number 1 :

Prévisions météo number 2 :

Bizarrement, j’ai plutôt envie de croire la 2…

Quoiqu’il en soit, prévoyez un vêtement à capuche ou un parapluie, c’est plus prudent.

Demain, rendez-vous à 6h du matin Gare du Nord (oui, oui…), en bas des escalators qui mènent à l’Eurostar. N’oubliez pas d’apporter un pique-nique pour le déjeuner, ou des livres sterling pour acheter de quoi vous ravitailler, et surtout, surtout, vos papiers d’identité, et votre carte européenne d’assurance-maladie.

Soyez raisonnables avec la taille des valises, nous ne partons que trois jours. Inutile de transporter l’intégralité de votre garde-robe. Je rappelle que l’auberge fournit les draps mais pas les serviettes.

A demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne…

Mercredi 17 octobre 2018 : J1

5h15 : je ne saurais confirmer que la campagne a blanchi, car il fait toujours nuit noire depuis mon réveil à 4h45, et de tout façon, à une heure pareille, je suis complètement dans le brouillard. Je m’apprête à me mettre en route pour la gare du Nord. J’espère que tous mes petits élèves sont également sur le pied de guerre ! En attendant, je bois mon premier thé du matin, histoire de m’éclaircir un peu les idées, et je résiste à la tentation de sortir pour la douzième fois les billets de train de mon sac pour vérifier que les ai bien pris. Quoique. Va pour treize, on ne sait jamais !

7h30 : tout le monde était plus ou moins à l’heure au meeting point. Après des câlins aux parents, nous avons passé la douane et les contrôles de sécurité très facilement. Nous voilà donc dans le train, quelques heureux passagers se trouvent perdus au milieu de notre groupe. Nous avons bien tenté de leur proposer un petit déménagement vers des contrées plus silencieuses, mais non, ils tiennent à rester avec nous (incompréhensible car le train est loin d’être plein, mais bon). Le volume sonore reste relativement raisonnable.

8h15 : on va bientôt traverser la Manche. Est-ce que c’est le tunnel où on va voir les poissons ?

En attendant, les élèves jouent aux cartes en mangeant des chips.

10h (heure anglaise) : on est enfin à l’auberge St Christopher’inn the village. Notre train est arrivé avec son habituelle demi-heure de retard (classique avec Eurostar) et nous avons connu les joies du métro londonien aux heures de pointe.

Dépose des bagages et hop ! On repart. C’est qu’on a un programme à suivre !

10h30 : nous voilà à Borough Market. Tous ceux qui me connaissent un peu savent combien la nourriture est un sujet important pour moi 😂

Nous faisons donc une petite halte pour nous ravitailler.

A noter que nous aussi les professeurs sommes morts de faim. On aurait peut-être dû essayer le régime chips des élèves… En attendant, j’ai trouvé mon bonheur !

10h45 : pause forcée. En voulant prendre le métro à London bridge, deux élèves ont réalisé qu’ils avaient laissé leurs travel cards dans leurs valises à l’auberge (no comment)

Monsieur Treguer est donc courageusement parti les rechercher. Pourquoi courageusement ? Parce que la météo, comment dire… Eh bien il pleut… (crachin continuel bien londonien) A noter que toute la journée, la météo continuera de nous annoncer qu’il n’y a pas de pluie aujourd’hui à Londres 🙄

13h : déjeuner dans le hall du British museum, ah bon ? Mais on a déjà tout mangé, nous ! Les élèves semblent avoir apprécié les collections, j’ai adoré l’Afrique ! même si le département japonais était fermé, mince, on était justement venus pour ça ! Pour l’heure,  les estomacs se remplissent une nouvelle fois.

14h15 : nous avons marché sous le crachin (je dois reconnaître que la météo number 1 avait raison malheureusement) jusqu’à Covent garden, avec un passage obligé devant le Royal Opera House, où qui sait, nos élèves se produiront peut-être un jour ? et c’est parti pour le premier temps libre du séjour. Nous verrons dans une heure, enfin une demi-heure maintenant, si tout le monde a bien le sens de l’orientation…

Avec mes collègues, nous avons décidé de nous poser dans un salon de thé. Le serveur nous a bien conseillés, et Monsieur Forestier entame donc son troisième dessert de la journée (en plus, c’est pas comme si j’avais mis un brownie au menu de ce soir 😉)

Rendons justice à Monsieur Forestier, le crumble, ce n’était pas pour lui !

17h50 : nous voilà enfin installés à l’auberge et je suis complètement morte totalement vivifiée par la petite marche que nous venons de faire, Madame, c’est encore loin, on arrive quand, j’ai trop mal aux jambes.

Les élèves ne se sont pas perdus dans Covent garden (je précise ça pour les parents inquiets par l’absence de mise à jour de mon site depuis le quartier libre).

En parlant des parents, on a fait une petite blague à Emmanuelle (maman géniale qui a dû m’accompagner à 77 sorties et répétitions diverses depuis 3 ans, coucou Emmanuelle 😉) car les élèves ont trouvé une boutique de farces et attrapes à Covent garden et ont acheté des petits souvenirs rigolos.

Nous avons pu également assister à un tour de magie.

Mais nous avons aussi notre magicien en 4e CHAM, qui n’a pas hésité à participer !

Puis, métro jusqu’au Museum of London, avec notamment un arrêt dans les salles consacrées à l’époque médiévale, puis une petite photo prise dans la victorian street qui leur a bien plu je crois.

En sortant du musée, j’ai décidé de rentrer à pied (pas seule,hein, avec tout le groupe) à l’auberge. Et le crachin s’est enfin arrêté, ouf !

En traversant la Tamise, nous avons eu une belle vue sur le Tower Bridge (si, si, regardez bien !)

Avec le Shard juste à côté :

Et enfin nous sommes arrivés. La répartition dans les chambres a donné droit à un grand moment d’excitation générale. Mais tout le monde a l’air bien installé.

(Je rassure les parents, cette chambre est pour quatre personnes en réalité)

Petite pause avant le dîner qui sera servi dans le restaurant de l’auberge à 18h30. L’AJ est très propre et moderne. Beaucoup mieux que celle de London 2016 à mon goût. Il faut dire que j’aime beaucoup ma chambre (merci Charlène !), la dernière fois, je n’avais pas de fenêtre, donc là, c’est le grand luxe, ah mais elle est trop bien votre chambre, on va venir se doucher là, prendre le thé, etc.

21h : de retour au calme dans ma chambre. Le couvre-feu est prévu à 22h. D’ici-là, les élèves ont le droit de se rendre visite les uns les autres. D’ailleurs, on a fait la même chose avec mes chers collègues, comparer nos chambres, et le gagnant est sans aucun doute Monsieur Forestier, qui a troqué sa cellule monocale (cf notre voyage à Venise en 2017) contre une chambre très chouette avec canapé et terrasse ; les élèves, si vous lisez cet article, la party tonight a lieu en 303 😉

Monsieur Treguer a nettement moins de chance. Eh oui, si c’est pas du bizutage ça !

Je n’ai pas encore raconté le dîner, mais il faut d’abord que je me remette des décibels. Il faut aussi que je précise que cet été, pour préparer ce séjour, j’étais venue en reconnaissance voir la tête de l’auberge, et j’avais tout de suite repéré (non sans inquiétude) le bar hyper animé du rez-de-chaussée. Aussi quand Charlène m’a annoncé que nous dinerions ici le premier soir, je m’étais fait à l’idée que ce n’était pas un petit repas cosy qui nous attendait, loin de là…

Quelle bonne surprise donc que de voir le personnel de l’auberge nous installer dans un petit salon privatif et joliment décoré au sous-sol ! Nous allions pouvoir être au calme ! (parfois, je me demande si c’est normal d’avoir ce genre de pensée naïve après plus de vingt années d’enseignement)

Bref, force est de constater que notre groupe est largement plus bruyant qu’un bar branchouille.

L’arrivée des hamburgers a ramené momentanément un peu de silence (relatif).

Mais ensuite l’attente des desserts a été interminable, et le compteur à décibels a frôlé l’explosion. Et quand je pense que mes élèves se moquent de ma manie d’asperger ma salle avec des huiles essentielles purifiantes…. Là, les serveurs sont carrément venus désinfecter nos tables avec un produit spécial, avant de nous servir enfin les brownies tant attendus !

Devinez qui a annoncé faire l’impasse sur son quatrième dessert de la journée, mais l’a mangé quand même ?

22h18 : je reviens de ma tournée du soir. Les filles sont sagement dans leurs chambres et tout a l’air d’aller très bien. Monsieur Forestier et Monsieur Treguer sont partis voir les garçons. Espérons que la nuit sera calme. Il y a du monde dans l’auberge, mais j’ai l’impression que nous sommes le seul groupe. En tout cas, il y a du mouvement. Demain, petit-déjeuner à 7h45 pour les filles, 8h15 pour les garçons, avec une journée qui sera longue puisque le soir nous irons voir Les Misérables. Bonne nuit tout le monde 🛌

Mercredi 18 octobre 2018 : J2

4h45 : A croire que j’avais laissé mon réveil réglé sur l’horaire d’hier, mais non, même pas, je me suis naturellement réveillée très tôt ce matin, mais je ne suis pas la seule car j’entends déjà des gens marcher au-dessus de ma tête. J’ai peut-être l’explication :

Alors, qui a trouvé de quoi il s’agissait ? Personne n’a reussi à percer le mystère de cette photo ? Bon je vous donne la réponse : voilà donc à quoi ressemble mon plafonnier une fois que j’ai bien éteint toutes les lumières de ma chambre ! Limite, je pourrais lire. Ils ne rigolent pas avec les règles de sécurité dans cette auberge.  Bref heureusement que j’avais apporté un masque. Je me demande si mes élèves ont la même chose dans leurs chambres, mais je crains que oui, auquel cas, ceux qui ont absolument voulu avoir le lit du haut risquent de s’en être mordu les doigts !

8h30 : fin du petit-déjeuner, assez basique. Les élèves ont mangé des toasts, des céréales, et ont bu des jus de fruits rose fluo très esthétiques à défaut d’être bio.  Le tout dans un froid polaire car on se demande bien pourquoi, mais les climatiseurs fonctionnent à plein régime, pas très J’aime ma planète tout ça.

La nuit semble avoir été courte pour beaucoup, mais celui qui a la plus petite mine est sans aucun conteste Monsieur Forestier, dont la chambre **** est malheureusement perdue au milieu d’un groupe d’Allemands qui ont fait un before jusque tard dans la nuit avant d’aller en boîte (moui…. si ça se trouve, Monsieur Forestier est parti danser lui aussi, qui sait 😉) En tout cas, moi je dis que ça se voit qu’il a besoin de sucre…

Les élèves m’ont confirmé la lumière verte dans leurs chambres aussi.

A 9h, on doit tous se retrouver dans le hall de l’auberge pour récupérer nos paniers-repas, puis départ pour le Royal Albert Hall. Ah, au fait, miracle : il ne pleut pas !

12h20 : fin de la pause déjeuner. Déjeuner qui a failli être très très light car l’auberge avait totalement oublié qu’elle devait nous le fournir, du coup, comme nous étions pressés ce matin et n’avions pas le temps d’attendre, ils sont venus nous livrer tout ça au pied du Royal Albert Hall à la sortie de notre visite !

Pas le temps d’écrire plus là, mais j’ai pris plein de photos que je posterai dès que j’en aurai l’occasion !

Je reprends l’écriture de cet article très sagement assise sur les bancs de l’église St Martin in The Fields, où nous sommes venus assister à un concert de musique sacrée. Je précise que je n’écris pas pendant le concert, mais que nous sommes arrivés très en avance. Il n’y a pas foule, et grâce à nous, la moyenne d’âge du public se trouve divisée par deux (mon éminent collègue de maths approuve ce calcul). La honte. Monsieur Forestier éclate de rire, car un élève vient de dire Madame, je me suis toujours demandé, pourquoi dans les concerts de musique classique, il n’y a que des vieux ? (en plus c’est faux, puisqu’il y a nous, vraiment n’importe quoi cette remarque 😂)

Donc ce matin, nous avons quitté l’auberge les mains vides, mais comment on va faire pour manger à midi (avec un ton angoissé), et après un petit trajet en métro, nous sommes arrivés au Royal Albert Hall pour une visite guidée en anglais. Nous nous sommes séparés en deux groupes, et le girl power et moi avons eu une guide très intéressante, et qui a parlé suffisamment lentement pour que nous puissions la comprendre, et du coup, j’ai appris plein de choses, notamment que le festival BBC Proms tirait son nom du mot français « promenade », et que c’était pour cette raison que toutes les places au parterre étaient des places debout vendues à des tarifs dérisoires afin que la musique classique soit accessible à tous.

Le concert commence ! Je reprends plus tard.

14h15 : nous avons migré à la National Gallery, située juste en face de St Martin, et j’essaie de reprendre le fil de mes idées, c’est de plus en plus décousu ce récit de voyage.

Où en étais-je ? Ah oui, la visite du Royal Albert Hall. Bien sûr nous avons admiré la salle, où les techniciens étaient en pleins préparatifs du spectacle de ce soir, une représentation du film Le Patient anglais (que je n’ai jamais vu d’ailleurs).

Petite photo entre filles depuis la salle où la reine vient se reposer quand elle assiste à un spectacle ici, ce qui est assez rare paraît-il :

A propos de la reine, pourquoi sa loge n’est pas pile en face de la scène ? Ha ha ha, vous le savez, vous ? Eh bien pour ne pas troubler les artistes sur scène, qui pourraient être intimidés par la royale présence si jamais elle se trouvait dans leur champ de vision. Je vous l’ai dit, on est devenus incollables sur cette salle. Du dernier étage, on a pu admirer une vue sur l’Albert mémorial (dont le financement a coûté un bras et failli compromettre la construction du RAH.

Fin de la visite. Guide repartie sous les applaudissements (sont mignons mes élèves quand même) et nous sommes sortis en courant vérifier que nos déjeuners avaient bien été livrés au pied de la statue comme convenu, et oui, tout était bien là !

Madame, c’est bon, on peut manger maintenant ? (Heu, c’est-à-dire qu’il est 11h, c’est un peu tôt non ? En plus moi je n’ai pas faim du tout)

Je m’impose ! Les estomacs attendront. Et toute la petite troupe repart prendre le métro jusqu’à Trafalgar Square, où j’avais prévu qu’on déjeunerait. Le lieu est parfait, il n’y a pas de voitures, juste un chanteur qui se prend pour Chris Isaac et qui est à fond, et on peut enfin manger nos sandwichs au soleil, la vie est belle.

Après le déjeuner (très pratique, une orange, quand on n’a pas de couteau, du coup les élèves la boudent, alors que c’est le seul aliment à peu près diététique de ce séjour), nous n’avons eu qu’à traverser la rue pour nous installer dans l’église. Et je crois que ça y est, je suis arrivée au point où j’avais quitté cet article.

Donc le programme du concert :

J’ai beaucoup aimé le premier et le dernier chants. Celui du milieu a réussi à endormir 80% de l’assistance (composée pour ceux qui n’auraient pas suivi d’octogénaires en pleine heure de la sieste, et donc qui ronflent, et de nos ados qui n’ont vraiment pas dû dormir suffisamment cette nuit). Pourtant les chanteurs étaient  excellents et l’orgue sonnait très bien. On a chanté les 2 et 4 comme on a pu, il nous aurait fallu les partitions.

Puis, rue traversée en sens inverse et pendant que je vous écris du café de la National Gallery, après avoir accompagné Monsieur Forestier dans son premier dessert de la journée (mais sans gluten cette fois, du coup ça ne compte pas) Monsieur Treguer et Monsieur Forestier assurent eux leur rôle de Group Leader !

Comme il nous reste du temps et qu’il fait beau, nous allons ensuite nous rendre à Camden. La circulation à Londres est vraiment infernale, aussi je cherche des endroits qui pourraient plaire aux élèves et qui soient voiture free !

16h40 : quelque part au milieu de Camden Market, où les élèves sont en temps libre niveau expert, car ce quartier est constitué de tout un dédale de petites rues aux nombreuses échoppes. On a dû remettre les choses au point, quand on a vu des gens distribuer à nos élèves des flyers pour aller se faire tatouer, ben quoi, c’est pas interdit dans la charte que Madame Lê Manh nous a fait signer (oh là là, il faut que je pense à faire un petit update de ce document, moi). J’ai mon téléphone en fort dans ma poche, et je le regarde environ 1000 fois par minute.

Ils sont tous là à l’heure prévue, thank god !

17h55 : nous sommes arrivés dans notre restaurant italien où nous devons diner très tôt, puisque ce soir, c’est le grand soir, nous sortons au spectacle.

Ce qui est marrant, c’est qu’il y a deux italiens du même nom dans la même rue (insensé). Évidemment, on est entrés dans le mauvais, dommage, il nous plaisait bien !

(Tout le monde aura trouvé aisément dans lequel de ces deux restaurants nous sommes finalement…)

Argghh, nous sommes maudits pour les repas aujourd’hui ! J’avais commandé des pizzas et de la classique glace à la vanille, et le serveur nous dit que non, ce sont des pâtes aux champignons qui nous attendent ! Charlène, au secours !

De toute façon, ils ne font même pas les pizzas au poulet que Cadran scolaire m’avait proposées, je n’ai pourtant rien inventé, la preuve en image :

Bon, on se fait une raison, en plus, on ne veut pas être en retard au théâtreDu coup on négocie le choix des sauces, et Monsieur Treguer se retrouve à compter quinze fois des mains qui se lèvent dans tous les sens, mais bon, on va y arriver ! A quelle heure on va manger, ça c’est une autre histoire. D’ailleurs le serveur n’a pas l’air confiant lui non plus car il vient de nous demander si on était d’accord pour prendre notre dessert à emporter. Oui oui on est d’accord. On est hyper arrangeants, nous. Et tant mieux d’ailleurs, car on va échapper au cheesecake (vraiment horrible ce gâteau) et retrouver la glace vanille prévue avec, c’est trop la fête ce soir, une deuxième boule au chocolat offerte par la maison, whaou !

18h45 : les pâtes nous ont été servies dans un délai très raisonnable. Rien d’exceptionnel, mais tout à fait correct. Les enfants ont l’air d’avoir tout mangé. Le service est vraiment très gentil, et la salle à l’étage rien que pour nous est agréable. On a même le temps de manger notre glace sur place. Du coup on leur pardonne !

19h20 : en direct du Queen’s theater. Ça va commencer dans dix minutes. Et c’est parti pour trois heures de Victor Hugo en langue anglaise, cherchez l’erreur !

Je n’ai pas vu cette comédie musicale depuis que mes parents m’ont emmenée la voir à Mogador il n’y a pas loin de trente ans, voilà qui me donne d’un coup l’impression d’avoir le même âge que le public de St Martin 😥

Entracte. On passe une super soirée, mais c’est hyper bien ! C’est génial !

Quant à moi, j’ai cru au début que j’étais devenue bilingue « my name is Jean Valjean ; and I am Javert », mais hélas ça n’a pas duré ! Et puis je ne comprends pas trop pourquoi Marius préfère Cosette à Eponine qui chante mille fois mieux enfin ! Trêve de plaisanterie. Les Anglo-saxons savent vraiment faire les comédies musicales. En tout cas Monsieur Treguer est emballé !

23h30 : déjà de retour à l’AJ. Je me demande si on n’aurait pas pu caser un petit musée ou une petite visite supplémentaire sur le chemin du retour…

En fait, on est tous cuits. Les élèves ont les yeux rouges comme ceux des lapins albinos, et sont ravis à l’idée d’être en vacances dès notre retour, quoi ? Monsieur Treguer a cours samedi matin ? Oh le pauvre, ça donnerait presque envie de lui faire un câlin !  Pour en revenir aux Misérables, le chanteur qui jouait le rôle de Jean Valjean a largement dominé la distribution ce soir, ce qui tombe bien vous me direz. Tous étaient très pro quoiqu’il en soit. Il nous a juste fallu un petit temps pour nous habituer à Cosette qui est devenue noire à l’âge adulte, mais bien sûr ça n’a été l’affaire que de quelques secondes.

Les élèves ont été impeccables pendant le spectacle, pas comme mes voisins, un couple de quadras qui a passé son temps à grignoter et a été jusqu’à sortir un paquet de chips pendant « On my own » qu’en plus on a travaillé en classe, non mais quel crime, bref j’ai dû faire de la discipline, un comble (rendez-moi mes petits vieux et tant pis s’ils ronflent).

Au moment de reprendre le métro, à force de répéter aux élèves de bien faire attention à vos affaires et surtout, rangez votre Travel card, qui ne retrouvait plus la sienne ? (Il faut vraiment que je fasse du tri dans mon sac d’ici à demain moi)

Tout le monde a regagné sa chambre (enfin je l’espère), et je ne suis pas fâchée de retrouver mon lit. Je ne sais pas s’ils ont un vrai problème avec la clim dans cette ville ou si c’est moi qui couve une grippe carabinée (je penche toutefois pour l’hypothèse numéro 1), mais j’ai été frigorifiée toute la soirée, et j’ai passé l’intégralité du spectacle emmitouflée dans le manteau gracieusement prêté par Monsieur Treguer avec ma doudoune en guise de couverture. Bref il est temps que je dorme, avec ma petite lumière verte adorée !

PS : Monsieur Forestier n’a pas besoin d’aller en boite cette nuit. Au bar du rez-de-chaussée, la musique bat son plein et tout le monde danse. Par chance, ma chambre est au quatrième étage !

vendredi 19 octobre 2018 : J 3

Encore une fois réveillée à 4h45 ! Mais comment est-ce possible ? En plus aujourd’hui, c’est limite grasse matinée, surtout pour les filles qui prenons notre petit-déjeuner en second, puisque je leur ai donné rendez-vous à 8h30, les garçons mangeront eux à 8h (ce n’est pas que je sois contre prendre mon thé en classe entière, c’est juste que nous ne tenons pas tous ensemble dans la salle de restaurant).

Au programme de ce matin, une promenade dans le quartier de Westminster. On va essayer de voir la relève de la garde, et pour ça de trouver un endroit stratégique où se poser, car devant Buckingham Palace, il y a vraiment trop de monde. Ensuite, nous pique-niquerons dans un parc anglais avant de retourner abaisser la moyenne d’âge de St Martin in the Fields une seconde fois.

Il n’y a pas eu d’agitation dans le couloir de mon étage cette nuit. Je croise donc les doigts pour retrouver mes élèves frais comme des gardons ce matin !

 

 

 

A suivre

Liste du matériel

Bonjour à tous mes élèves,

La rentrée est déjà enfin là ! Je suis ravie de vous retrouver, dès mardi pour les cinquièmes dont je suis professeur principal, ou de faire votre connaissance mercredi pour les sixièmes.

Voici la liste du matériel à avoir en cours de musique, inchangée par rapport aux années précédentes  :

  • un cahier à grands carreaux de format 24*32, 96 ou 120 pages, sans spirales,

Cahier

=> Vous pouvez reprendre votre cahier de l’année dernière s’il vous reste de la place.

  • un protège-cahier obligatoire, qui vous permettra de ranger les partitions que je vous distribuerai et de ne pas les perdre !

Protège-cahier 2

  • des feuilles de papier à musique (cinq environ, à renouveler au fur et à mesure) à glisser à l’intérieur du protège-cahier. On en trouve dans les magasins de musique spécialisés, mais vous pouvez aussi les imprimer vous-mêmes :

Papier à musique

  • Autre matériel, commun à toutes les matières,  à avoir toujours dans la trousse :
  1. un stylo-plume avec des cartouches bleues (si vraiment vous n’arrivez pas à écrire au stylo-plume, alors choisissez un roller à encre bleue effaçable, mais surtout pas de stylo à bille)
  2. un stylo vert, un stylo rouge
  3. un effaceur
  4. un crayon à papier, un taille-crayon et une gomme
  5. une paire de ciseaux
  6. une règle
  7. de la colle.

Je précise pour mes nouveaux élèves que vous n’avez pas besoin d’apporter vos instruments à mon cours de musique, sauf ponctuellement lorsque je vous le demanderai.

A très vite !

Séance de rattrapage 2

(Mieux vaut tard que jamais….)

Dernier article de l’année 2017-2018, qui est un condensé du mois de juin, où les élèves de CHAM ont été très sollicités.

C’est sous une pluie torrentielle que le 5 juin, nous sommes arrivés à la Chapelle de la Salpêtrière avec les élèves de 5e, rejoints par les CM2 des écoles Baudricourt et Saint-Jacques pour donner un concert avec orgue avec mes collègues Nathalie Busseuil et Olivier Mainguy.

Une Petite cantate

L’heure de la fin de cours a sonné à Monet dès la mi-juin.

J’avoue avoir eu un petit coup de coeur pour mes chanteuses de 4e, qui nous ont proposé leurs propres harmonisations :

Mais les élèves ne se sont pas retrouvés tout de suite en vacances pour autant ! Ils nous ont réjouis avec leurs concerts d’orchestre donnés sous la direction de Renaud Stahl. D’abord avec Peer Gynt pour les quatrièmes et troisièmes, et avec quelques anciens dans l’orchestre, notamment Lucie qui a joué un solo au violon, puis avec un programme de musique italienne interprété par l’orchestre des Nymphéas.

Le Parrain

Et si nous avons tous retenu la date du 16 juin, ce n’est pas parce que les Bleus ont donné leur premier match contre l’Australie, mais parce que les élèves de sixième nous ont enchantés avec leur concert Mosaïque devant un public nombreux (j’étais un peu inquiète, je l’avoue 🙂 ). Un bravo spécial à Flammig et Romane qui ont arrangé elles-mêmes les partitions pour leurs groupes.

Les Moulins de mon coeur

(et j’ai encore une fois été beaucoup trop gâtée, un grand merci, vraiment ça m’a énormément touchée)

Après la fin des cours, j’ai retrouvé quelques élèves durant les sorties culturelles organisées par le collège pendant que les lycéens passaient le bac.

Le 21 juin, direction le Rectorat de Paris avec mon noyau d’élèves de quatrième les plus motivés, afin de nous joindre à la chorale de Charlemagne dirigée par Isabelle Lyzwa, pour chanter devant le personnel à l’occasion de la fête de la musique, en présence du recteur. Nous leur avons offert un petit florilège de comédies musicales.

A la volonté du peuple – Histoire éternelle

Seasons of love

Je crois avoir fait le tour de la vie de la CHAM en cette fin de sa cinquième année d’existence. J’espère n’avoir rien oublié !

Un dernier paragraphe pour dire un grand merci aux parents, avec une pensée spéciale pour Emmanuelle, Anne, Valérie, Marianne, Arie, Michaël, Wali (pardon à toux ceux que n’ai pas cités), toujours là pour nous accompagner aux concerts, sorties, répétitions, bref, sans qui rien ne serait possible. J’ai la chance de savoir que je peux toujours compter sur vous.

A tous, je vous souhaite un très bel été et vous donne rendez-vous à la rentrée. Les projets de l’année 2018-2019 commencent déjà à se mettre en place. Mais pour le moment, vacances !

Séance de rattrapage

C’est un article pêle-mêle que je vous propose aujourd’hui, dans lequel vous retrouverez les temps forts des classes CHAM du collège Claude Monet, puisque, mea culpa, je n’ai pas mis mon site à jour depuis de trop nombreuses semaines….

Le samedi 10 mars 2018, les élèves de 4e ont donné leur concert Mosaïque dans l’amphithéâtre du conservatoire.  Voici une photo et un enregistrement des deux chants Seasons of love et Pretty lady qui ont clôturé ce joli concert :

En avril, les élèves de 6e CHAM ont participé à l’opéra King Arthur de Purcell, réunissant le choeur et l’orchestre du lycée Claude Monet, des choeurs d’adultes, et une classe de CM2 de l’école Baudricourt, sous la direction de mon collègue Joël Mazeau .

En chemin pour la répétition générale

Le soir du concert

Début mai, ce fut au tour des cinquièmes de donner leur concert Mosaïque. Une petite vidéo de l’Ave Verum de Fauré qu’ils ont interprété ensemble en fin de programme :

Quant aux quatrièmes, ils ont été bien occupés par le projet académique Broadway rive gauche qui a eu lieu dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne le 7 mai sous la direction de David Levi qui présente ici le projet :

https://www.youtube.com/watch?v=H-cqWXbLcmw&t=15s

Répétition à la Cité des Arts

Répétition à la Grande Halle de la Villette

Générale en Sorbonne

Pause devant le Collège de France

Le concert

L’événement a été filmé. Je le posterai ici dès que j’aurai récupéré la vidéo !

Depuis, les élèves sont partis découvrir la terre des Beatles et visitent Liverpool avec leur professeur d’anglais. Ils me postent tous les soirs des photos de leur périple (je n’ai pas pu les accompagner car je suis occupée par les oraux du bac musique et que j’avais le concert de ma chorale, voir ci-dessous !) :

Le 29 mai, la chorale de Monet s’est jointe à celles des collèges Buffon, Lamartine et Jean-Batiste Say pour donner un concert de fin d’année commun, en l’église d’Auteuil avec l’organiste Frédéric Blanc.

L’affiche du concert

Répétition générale

Ave verum de Mozart

Merci à mes collègues Pascale Dandurand, Brigitte Durand et Dominique Haloua avec lesquelles j’ai toujours grand plaisir à travailler.

Voilà, je crois que mon petit panorama de la vie musicale en CHAM au printemps 2018 est terminé. Mais que deviennent les troisièmes (êtes-vous sûrement en train de vous demander) ? Ils préparent leur concert de fin d’année, qui aura lieu le vendredi 8 juin à 18h30 au lycée Claude Monet, car l’heure des adieux a bientôt sonné. Nous espérons vous y voir nombreux. L’entrée est libre et la salle est grande. A très bientôt donc !

Joyeux Noël !

Aujourd’hui ont eu lieu les derniers cours de l’année 2017. A cette occasion plusieurs élèves ont apporté leur instrument et joué un morceau devant leurs camarades.

Et nous avons même eu la visite de Tilaï, une ancienne de la CHAM !

Enfin les parrains et filleuls de 6e et 4e se sont réunis pour interpréter un chant de Noël.

  • Christmas Lullaby de John Rutter :

Merci à tous pour votre enthousiasme ! Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année et vous donne rendez-vous en 2018 !

Marie Le Manh