Tous les articles par marie

Escale à Bali

Les élèves de 6e CHAM se sont initiés au gamelan balinais le temps d’un atelier à la Philharmonie de Paris.

Un grand merci à Théo de nous avoir fait voyager ! ça donne envie de revenir l’année prochaine… A réfléchir…. Et bravo aux élèves, bien sûr !

Premier essai
Le morceau de la fin

Work in progress

Quand la préparation du concert Mosaïque en 5e CHAM prend des allures de séance d’entraînement sportif…
Les élèves de 3e CHAM répètent avec le choeur du lycée. Au programme : Brahms et Fauré

Répétition de regroupement choral à la Maison de l’Orchestre national d’Ile de France, en vue de la création de Zerballodu, oeuvre d’Alexandre Levy, qui aura lieu le 8 juin prochain à la Philharmonie de Paris

Lucas : après la CHAM

Depuis son entrée en sixième CHAM à Claude Monet en septembre 2014, Lucas accepte tous les ans de se prêter au jeu d’une petite interview. Lucas a quitté la CHAM en juin 2018, comme tous les élèves de sa promotion, et est aujourd’hui au lycée. J’ai décidé de lui donner la parole une nouvelle fois. Un grand merci à lui d’avoir bien voulu prendre sa plume pour répondre à mes questions.

Cette année, tu es en seconde. Finalement, qu’est-ce qui t’a décidé à rester à Monet ? Quelle(s) option(s) suis-tu en particulier ? As-tu retrouvé dans ta classe des camarades qui étaient en CHAM avec toi au collège ? Qu’en est-il de tes résultats scolaires, toi qui as toujours été un excellent élève ?

En troisième, j’ai hésité entre Henri IV et Claude Monet. Au deuxième trimestre, j’ai donc demandé un avis à Henri IV qui s’est avéré défavorable. J’ai donc choisi de rester à Monet car c’est un bon lycée qui propose beaucoup d’options différentes et qui est à moins de cinq minutes à pied du conservatoire (Lucas marche très vite ! moi, je mets sept minutes !) J’ai été accepté en seconde euro anglais, qui offre des cours d’anglais à plus haut niveau et une heure de SVT ou histoire-géo en anglais par semaine (SVT et histoire-géo en seconde puis l’un ou l’autre selon son orientation en première). J’ai retrouvé un autre ancien de la CHAM dans ma classe, Max, avec lequel je suis donc en classe depuis la sixième ! J’ai encore un peu de mal à m’adapter au rythme du lycée car j’ai moins de temps l’après-midi ou le soir pour le conservatoire et les devoirs, mais mes résultats scolaires n’ont pas vraiment changé.

Quels cours suis-tu cette année au conservatoire ?

Je continue évidemment la musique au conservatoire Maurice Ravel. Je suis des cours de violoncelle (3C1) avec Valérie Aimard, le cours d’orchestre du 3e cycle de Renaud Stahl (où beaucoup des anciens se retrouvent, j’en ai compté 18 lors de leur excellent concert du mois de janvier !) et des cours de FM (UV DEM) avec Thierry Piolé.

Quelle place tient la musique dans ta vie de lycéen ?

La musique garde une place importante dans ma vie. Elle me demande beaucoup d’implication et de temps, mais c’est une passion, donc le temps que les cours au conservatoire ou le travail demandé me prennent ne me dérangent pas. C’est également l’occasion de faire autre chose que du travail scolaire, de faire quelque chose qui me plaise à 100%.

Quels souvenirs t’ont laissé tes années en CHAM ?

Mes années en CHAM m’ont laissé beaucoup de souvenirs, et pratiquement que des bons. J’y ai rencontré mes meilleurs amis et il y avait presque toujours une bonne ambiance et une certaine harmonie dans la classe. Nous sommes restés dans le même groupe ou presque pendant 4 ans et ça a fait de nous une classe soudée et solidaire, même si tous les élèves n’étaient pas CHAM (je précise que Lucas appartenait à la deuxième promotion des CHAM de Claude Monet, et que comme la première, elle n’était pas complète, donc sa classe comprenait des élèves non musiciens).

Vois-tu encore les anciens de la CHAM en dehors du lycée ? Quels liens avez-vous gardés ?

Evidemment, je vois encore certains anciens de la CHAM. En dehors de Max qui est dans ma classe, il y a tous ceux qui sont restés à Monet – dont mes meilleurs amis – et ceux que je vois au conservatoire. Nos rapports sont restés les mêmes qu’en fin de troisième. De façon générale, j’ai gardé de bons rapports avec tous les anciens de la CHAM.

Y a-t-il autre chose que tu voudrais ajouter ? Le mot de la fin en quelque sorte !

Pour conclure, j’aimerais dire que mes années en CHAM ont été très bénéfiques car j’ai pu suivre mes cours aussi bien au conservatoire qu’au collège en toute tranquillité et sans problèmes d’emploi du temps, tout en étant dans une très bonne classe avec une bonne ambiance. Le lycée m’apprend à m’organiser moi-même et je dois retrouver mes amis en dehors, car je ne suis plus dans la même classe qu’eux (sauf Max). C’est plus dur, parfois je regrette un peu le collège, mais je me dis que même si je ne suis plus dans la classe CHAM, je resterai quand même un CHAM pour toujours.